Golf Magazine
golf region
Bienvenue sur le site officiel de golf magazine et golf européen
Golf Magazine
Vous êtes ici : Accueil>>>Voyages>>>France>>>Deauville : des planches aux tapis verts

VOYAGES >> FRANCE

Deauville :
Des planches aux tapis verts
Par Claude Granveaud, textes et photos
(paru dans la rubrique "Golf en France" de Golf Magazine n°225-Octobre 2008)

Il y a 150 ans, Deauville devenait – avec ses célèbres planches – la plage chic parisienne. Le golf, arrivé un peu plus tard, ne pouvait pas, entre les palaces et  les casinos, échapper à la panoplie de la Côte fleurie. Avec quatre parcours de 27 trous chacun, l’offre est aujourd’hui riche et variée – et très proche de Paris... Lire la suite du reportage.

     
Pourquoi Deauville ? Les golfs Où loger ? Où manger ?  Après dîner ? Détails utiles Itinéraires


POURQUOI DEAUVILLE ?
RETOUR HAUT DE PAGE

Golf : La variété et la qualité des parcours : quatre fois 27 trous toujours verts.
Tourisme : Les plages, le bocage normand, les bonnes tables, et pourquoi pas les casinos et le côté « show off » si vous aimez.
La meilleure période : De Pâques à la Toussaint, même si le soleil se cache par moments, il fait bon pour jouer au golf.
Les + : La proximité de Paris et le côté «
village » si l’on est un habitué des lieux.
Les - : L’affluence sur les week-ends prolongés de mai et début août. Quelques tarifs parfois abusifs en ville.


LES GOLFS
RETOUR HAUT DE PAGE

Golf Barrière de Deauville
Saint-Arnoult, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 14 24 24 - www.lucienbarriere.com
- 18 trous, par 71, 5951 m.
- 9 trous, par 36, 3038 m.
- Green-fee 18 trous : semaine : 50 €, we : 80 €.
- Green-fee 9 trous : semaine : 36 €, we : 42 €.
- Voiturette 36 €, série 15 €, chariot 5 €, seau de balles 4 €.
Golf Barrière de Saint-Julien
Saint-Julien-sur-Calonne, 14130 Pont-L’Evêque - Tél. : 02 31 64 30 30 - www.lucienbarriere.com
- 18 trous, par 72, 6035 m.
- 9 trous, par 33, 2258 m.
- Green-fee 18 trous : semaine : 44 €, we : 55 €.
- Green-fee 9 trous : semaine : 28 €, we : 33 €.
- Voiturette 28 €, série 15 €, chariot 5 €, seau de balles 4 €.
Golf Amirauté Deauville
Tourgéville, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 14 42 00 - www.amiraute.com
- 18 trous, par 73, 6089 m.
- 9 trous, par 32, 1982 m.
- Green-fee 18 trous : semaine : 48 €, we : 62 €.
- Green-fee 9 trous : semaine : 34 €, we : 38 €.
- Voiturette 25 €, série 20 €, chariot 5 €, seau de balles 4 €.
Golf Deauville Saint-Gatien
14130 Saint-Gatien-des-Bois - Tél. : 02 31 65 19 99 - www.golfdeauville.com
- 18 trous, par 72, 6171 m.
- 9 trous, par 36, 2969 m.
- Green-fee 18 trous : semaine : 49 €, we : 60 €.
- Green-fee 9 trous : semaine : 34 €, we : 39 €.
- Voiturette 18 €, 1/2 série 10 €, chariot 5 €, seau de balles 2 €.
 


OU LOGER ?
RETOUR HAUT DE PAGE

L’offre hôtelière deauvillaise est variée, allant du 2 étoiles au palace. Les hôtels du groupe Barrière, le Royal, le Normandy et l’Hôtel du Golf proposent des forfaits sur les parcours du groupe. Tout comme l’Hôtel de l’Amirauté sur le golf éponyme.
Hôtel du Golf ****
Saint-Arnoult, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 14 39 59 - www.lucienbarriere.com
178 chambres et suites donnant sur le golf ou la vallée et la mer. Récemment décoré par Jacques Garcia, l’hôtel est idéal pour jouer au saut du lit. Nombreuses formules et forfaits à partir de 156 € pour deux.
Amirauté Hôtel ***
Route de Paris, 14800 Touques - Tél. : 02 31 81 82 82 - www.amiraute.com
225 chambres et suites dans un décor très moderne. Trois piscines, courts de tennis, salle de gym et un parc paysager de 10ha sur les bords de la Touques...Nombreuses formules et forfaits à partir de 128€ pour deux.
Le Clos Saint-Gatien ***
4, rue des Brioleurs, 14130 Saint-Gatien - Tél. : 02 31 65 16 08 - www.clos-st-gatien.fr
À 2 km du golf et 10 min. des plages deauvillaises, 58 chambres allant de 78 à 185 €. Piscine, jacuzzi, sauna, hammam, douche sensorielle et espace de remise en forme.


OU MANGER ?
RETOUR HAUT DE PAGE

Nous avons sélectionné deux « repaires » de golfeurs.
Brasserie Le Drakkar
77, rue Eugène Colas, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 88 71 24.
Au cœur de Deauville, vous êtes sûr d’y entendre parler de golf, à condition d’avoir une table… En saison, elle se mérite mais cela vaut la peine d’attendre un peu. Ne serait-ce que pour les plateaux de fruits de mer ou le rôti de bœuf cocotte qui fond sous la langue. Comptez 80 € pour deux couverts.
Chez Hervé
44, rue Mirabeau, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 87 82 36.
Hervé Guillet, le père de Jacques (meilleur joueur de Deauville), propose une cuisine copieuse, rieuse. Idéal pour mettre du poids dans la balle ! Carte environ 50 €/pers.


APRES DINER ?
RETOUR HAUT DE PAGE

Le Brok Café
14, av. du Général de Gaulle, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 81 30 81.
Grand voyageur et ancien patron du Drakkar, Philippe Ciavatta – appelez-le Fifi – a ouvert ce bar cubain à l’ambiance « caliente » entre les mojitos et la salsa dans un décor très « polo ».
Le Point Bar
94, av. de la République, 14800 Deauville - Tél. : 02 31 14 88 85.
Après les Planches, Joël est revenu en ville… Avec toujours la même musique qu’on n’entend plus ailleurs !


DETAILS UTILES ?
RETOUR HAUT DE PAGE

Comité départemental de tourisme du Calvados
8, rue Renoir, 14054 Caen Cedex 04
Tél. : 02 31 27 90 30
www.calvados-tourisme.com
 


ITINERAIRES
RETOUR HAUT DE PAGE

Beaumont-en-Auge
Dominant la vallée d’e la Touques, entre Villers-sur-Mer et Pont-l’Évêque, Beaumont-en-Auge, petite commune normande, a souvent joué un rôle important dans l’histoire de France. Avant l’ère chrétienne, les Celtes ont occupé ce piton, point stratégique sur la vallée. L’église Saint-Sauveur remonte à l’époque carolingienne, en 847. Le prieuré de Beaumont a été fondé en 1060. Mais c’est au XVIIIe siècle que la commune atteint son apogée avec la création de son collège royal, une école militaire qui forma de grands esprits comme Pierre-Simon Laplace, le plus célèbre des Beaumontais. Né en 1749, cet astronome et mathématicien fut une des meilleures têtes pensantes de l’époque napoléonienne. Il fut nommé ministre de l’Intérieur en 1799, sous le Consulat. Aujourd’hui, Beaumont-en-Auge vit plus modestement d’un tourisme de passage mais abrite tout de même l’atelier d’Antoine Vit, peintre né à Honfleur et travaillant souvent sur des pastels. Le golf a été une source d’inspiration pour cet artiste même si sa pratique lui est restée mystérieuse. Beaumont, c’est aussi une excellente table avec l’Auberge de l’Abbaye, où Christian Girault compose toute l’année avec des produits frais provenant de la mer comme de la terre. www.antoine-vit.com  et www.aubergelabbaye.com.
Du cidre au calvados
La Route du Cidre serpente entre les champs et les haies du pays d’Auge, au milieu des pommiers, notamment autour de Cambremer (www.routeducidre.free.fr), avec des escales nombreuses pour acheter du cidre à la ferme ou visiter une distillerie de calvados. Producteur de cidre bio, Patrick Rohaut fait visiter sa ferme tout en vendant sa production sur place: cidre, pommeau… Clos du lieu Bill : 14910 Blonville-sur-Mer - Tél. : 02 31 87 97 27.
Au nord de Lisieux, la distillerie des calvados Boulard organise des visites entre les alambics et les chais. De la pomme au cidre, de l’eau-de-vie au Calvados, le travail du maître de chai y est expliqué ainsi que toutes les phases d’élaboration de cet alcool. Dans une ancienne cave, les spécialités normandes tant solides que liquides vous sont proposées à consommer sur place ou à emporter. Calvados Boulard : 14130 Coquainvilliers - Tél.: 02 31 62 60 54. Visites guidées toute l’année, 3,30€/pers.
Dilley, le peintre deauvillais
Né en 1933, Ramon Dilley, peintre espagnol intimiste, s’est beaucoup inspiré de l’ambiance normande, et plus particulièrement de Deauville où ses toiles reprennent le décor des villas cossues à colombages tout comme les belles sur les planches ou aux courses. Lorsqu’elles viennent au golf, il y trouve également, toujours avec une pointe d’ironie, matière à développer son art. Même si elles arborent de hauts talons sur les greens, ces femmes ont quelque chose de naturel sous les pinceaux de l’artiste très prisé des hôtels et restaurants de la Côte fleurie. En exclusivité à la Galerie de Villers : 16, rue du Général de Gaulle, 14640 Villers-sur-Mer - Tél.: 02 31 81 33 23. 
 


RETOUR HAUT DE PAGE

Il y a 150 ans, Deauville devenait – avec ses célèbres planches – la plage chic parisienne. Le golf, arrivé un peu plus tard, ne pouvait pas, entre les palaces et  les casinos, échapper à la panoplie de la Côte fleurie. Avec quatre parcours de 27 trous chacun, l’offre est aujourd’hui riche et variée – et très proche de Paris.

New Golf Barrière de Deauville, le doyen 

Le green du 8 avec l'hôtel en arrière plan.

Paradoxe deauvillais, le New Golf est, et de loin, le plus ancien! Si la station balnéaire est née, à l’été 1858, de l’intuition visionnaire du duc de Morny (le demi-frère de Napoléon III), qui voulait créer le «royaume de l’élégance », le golf n’est apparu sur la Côte fleurie qu’en 1899 avec un 9 trous en bordure de la Touques. Trente ans plus tard et grâce à l’expansion hôtelière, Tom Simpson, le célèbre architecte anglais, s’est vu offrir carte blanche sur les hauteurs du Mont Canisy pour dessiner un nouveau parcours. En 1929, le New Golf était inauguré en présence de Maurice Chevalier et de moult célébrités logeant au tout nouvel Hôtel du Golf dominant le parcours et la vallée de la Touques. En 1964, Henry Cotton ajoutait neuf trous, le Bleu venant ainsi compléter le duo Rouge Blanc. Une trilogie qui permet de gérer les week-ends d’affluence et de satisfaire au mieux les membres

Le green du 8 avec l'hôtel
en arrière plan.

comme les clients du groupe Barrière, entité hôtelière incontournable lorsqu’on évoque le « 21e arrondissement » de Paris. À bientôt quatre-vingts ans, le tracé de Tom Simpson n’a pas pris une ride. Quelques aménagements sont venu corser l’affaire mais l’essentiel est préservé. Et qui s’en plaindrait ? Dessiné en boucles autour de l’hôtel, le parcours se joue avec le vent qui, venant de la mer, a toujours prise sur le Mont Canisy. Aux fortes marées de printemps et face au vent, le par 5 du 16 peut devenir très long. Mais quel plaisir de jouer sur ces greens magnifiques, entre les pommiers en fleurs ou l’été lorsque les rosiers bordant le club-house sont tous fleuris. Un mystère demeure sur ce parcours : un pan de mur à l’équilibre précaire entre les départs du 13 et du 16. Il s’agirait d’une ruine du château du marquis de Lassay, construit en l’honneur de la Grande Mademoiselle sous le règne du Roi Soleil, et ayant accueilli des jeux aux règles plus souples que celles de golf sur ces terres ventées…

Golf Barrière de Saint-Julien, au cœur du bocage
 

Le club-house à l'arrière du green du 18.

Intégré il y a une dizaine d’années au sein du groupe Barrière afin de désaturer Deauville en offrant de la variété aux résidents des hôtels, le parcours de Saint-Julien dessiné en 1987 par Alain Prat a connu quelques évolutions depuis sa création. Même s’il demeure trop de trous où il faut viser une mire – axée pour les départs blancs – avant de découvrir le fairway… ou les hautes herbes si l’on a été trop gourmand, cette tendance s’est estompée au plus grand plaisir général. Mieux vaut tout de même avoir ses repères avant d’espérer signer une carte raisonnable. Compte

Le par 5 du 12 est le trou le plus difficile
du parcours.

tenu des dévers et même de quelques descentes abruptes (l’aller se nomme « le plateau » et le retour « le vallon »), il est prudent de garder le driver au fond du sac comme au 9 ou au 18 où les cygnes regardent passer les balles… puis les joueurs tout en protégeant leur progéniture de ces projectiles intrus. Si la brise de mer souffle toute l’année sur Deauville, les quelques kilomètres séparant les deux parcours font toute la différence en ce qui concerne la ventilation du terrain. Un détail qui, l’été, peut vite s’avérer épuisant d’autant que les dénivelés de Saint-Julien laissent quelques traces d’acide lactique dans les mollets ! À condition de ne pas chercher à être vu, l’ambiance est enfin beaucoup plus calme à Saint-Julien qu’à portée de drive des célèbres planches deauvillaises.

L’Amirauté, le parcours musée

Des statues ornent certains greens
comme celui du 9.

Même si Pierre Le Foll, entrepreneur de travaux publics, n’est plus là pour faire vivre son projet, le golf de l’Amirauté, mélangeant greens et fairways à l’art moderne, conserve belle allure. Le tracé dessiné il y a quinze ans par Bill Baker dans la vallée de la Touques profite de la générosité de la nature normande pour s’épanouir. Il est vrai qu’avec quelques pièces d’eau servant de réservoir d’arrosage en plus de pièges à balles, il serait dommage de ne pas avoir un terrain en bel état. Les travaux de drainage effectués il y a quelques années ont porté leurs fruits. Il est aujourd’hui possible de jouer au printemps les pieds au sec au terme des 18 trous du parcours des Arts, ou du 9 trous des Étangs, à moins que l’idée de tutoyer

Le tracé descend calmement vers
la vallée de la Touques.

les Étoiles ne vous séduise en nocturne sur le tracé éclairé. De vastes fairways, de grands greens avec de beaux bunkers visibles de loin, sans piège de dernier instant: le tracé est franc, honnête mais sait se défendre pour peu qu’une petite brise souffle latéralement. Des sculptures géantes viennent embellir le décor d’un parcours qui est aussi le domaine des oiseaux – mais pas toujours ceux qu’on aimerait noter sur sa carte – comme cygnes ou échassiers s’ébrouant régulièrement sur les greens. Entre les fauteuils géants de granit bordant le green du 14, les silhouettes girondes et l’allégorie équine d’acier brossé en approche du 18, difficile de garder la tête sur la balle. Sur ce parcours musée, il est bon d’ouvrir les yeux. Mais n’était-ce pas l’un des buts de Pierre Le Foll de rapprocher l’art du golf ?


Deauville Saint-Gatien, une Bergère dans la Vallée

Trois parcours aux noms imagés, la Bergerie, la Vallée et la Chapelle… Il y a vingt ans en inaugurant son golf, Michel Peltier, ancien agriculteur n’était pas à court d’idées tant le site dominant la forêt de Barneville est chargé d’histoire. En d’autres temps, les corps de ferme ont hébergé des Templiers; le pressoir normand transformé en club-house date du XVIIIe siècle et plus récemment, un troupeau de moutons et de vaches laitières paissaient là où nous mettons trop de coups à atteindre le green…Architecte, Olivier Brizon a optimisé le cadre, avec un aller plat, face au vent sur les trous pointant vers la Manche, tandis que le retour est plus escarpé. Même si le 11 a été reconstruit, les dénivelés tirent dans les mollets en accédant au départ du 13 entre les arbres et lors de la montée du 14 où la mire paraît si lointaine. Le bocage augeron revendique ses «picanes », versants abrupts en rupture des plateaux. Le golf de Deauville Saint-Gatien les a reçus en héritage et s’en accommode assez bien. Si l’aller-retour 16-17 (deux pars 5 tête-bêche) manque un peu de fantaisie, l’arrivée face au club-house est très réussie. Lieu privilégié en été, cette terrasse offre un point de vue sur le parcours jusqu’aux lumières du Havre et du pont de Normandie. Bientôt il sera possible de séjourner avec vue sur le golf: un hôtel et quelques belles villas sont encore dans les cartons. Mais plus pour longtemps…
 

  Voir plus de voyages :
  >>>
France >>> Etranger >>> Idées week-end >>> Annuaire



ESPACE MEMBRES
LOGIN :

MOT DE PASSE :

Mot de passe oublié?
RECHERCHE RAPIDE OK
ABONNEZ-VOUS
S'abonner RSS Partager sur Facebook Infos légales Plan du siteContact